100 épaves en Côte d’Azur – De la Ciotat à Saint-Tropez

27,00

UGS : 9782741703402 Catégories : ,

Description

Feuilleter un extrait

Un ouvrage unique sur ce sujet, avec plus de 600 photos et illustrations, le plus souvent inédites, signées des meilleurs photographes mondiaux, un vrai dictionnaire historique et subaquatique des épaves entre La Ciotat et Saint-Tropez !

Il y a plus de 100 sites d’épaves dans ce livre, des belles et des moins belles, des grandes et des toutes petites, des prestigieuses et des humbles, des dangereuses, des mystérieuses… Fallait-il que nous en ayons raclé des tôles, souvent hostiles, souvent profondes, voire déraisonnables, pour offrir un tel échantillonnage et cela, avec des fortunes diverses, depuis plus de quarante ans, entre détendeur Cousteau-Gagnan modèle 1945 et recycleur de dernière génération ! Remercions les plongeurs amis qui nous ont fourni amers secrets, photographies, anecdotes susurrées en fond de cale ! Cela correspond enfin, sur l’ensemble, à trente ou quarante épaves de prestige, les plus belles, plongées et replongées, présentes dans toutes les revues, mais aussi à un nombre presque égal d’épaves peu ou pas connues… On en arrive même à des sites que moins de dix plongeurs ont explorés !
Bien sûr, quelques vieilles coques nous ont certainement échappé et, par ailleurs, beaucoup d’épaves demeurent sans nom, sans carrière, sans histoire… Leur monographie aura au moins le mérite d’exister, elle sera le point de départ de vos futures investigations : à vous donc de continuer, ou tout simplement d’utiliser l’ouvrage en prenant votre temps, et surtout, d’éprouver du plaisir à découvrir les 100 EPAVES SUR LA CÔTE D’AZUR, de La Ciotat à Saint-Tropez. Autant de plaisir que celui que nous ont procuré les centaines de plongées magnifiques, au sein d’un environnement dense, varié, clair, le plus souvent limpide.
Et ce n’est pas tout… nous préparons une suite aussi riche, aussi fournie, qui concernera les gisements de Saint-Raphaël à l’Italie !

Informations complémentaires

Poids 0.94 kg
Dimensions 16.4 x 1.6 x 24.2 cm
Année :

Auteur(s) :

EAN :

Editeur :

Edition :

Nb pages :

Sommaire

Remerciements
Préface par Christian Pétron
Les auteurs, les collaborateurs
Introduction

Côte d’Azur, Ligurie pratique
– Les vents et les courants sur la Côte d’Azur
– La plongée sur une épave

Les épaves
– Situation des épaves
– Soyons un peu plus précis dans nos localisations

De La Ciotat au cap Sicié
– La Havraise
– Le chalutier et les ancres
– Le Fortier et un voilier
– Le P 38 Lightning
– La barge
– Le Jason
– Le Marie
– La Major
– Le Gapeau
– Le Mona
– Le B 26 Marauder

De Toulon à Carqueiranne
– L’Arroyo
– La Lotte
– Le Dornier 24
– Le Tromblon
– Le Marbrier
– Le Chameau de Marégau
– Le Super-Mystère
– Les épaves de la rade de Toulon et de Saint-Mandrier
– Le Chaland
– La Pigoulière
– L’Etendard IV
– L’Artésien
– L’Ariane
– Le Phoebus
– Le Panama
– Le Guyane
– Le Heinkell 111
– Le Torpilleur 207 ou Etoile
– La Lune
– Le Glenn Martin
– Le Vénus des Iles II
– Le Red Flash

Hyères et les îles d’Or
– Le Ju-87 Stuka
– Le Douglas Dauntless
– Le P 51 Mustang
– L’Ulysse 1
– Le Cap Gros, ex Sally of New York
– Le Torpilleur 134
– Le Michel C.
– Le Ville de Grasse
– Le Planier
– La Barge en ciment
– Le Iéna
– Le Tempête
– Le Marcel
– Le Ferrando
L’île aux torpilles
– Le Sagona
– Le Prosper Schiaffino ou Donator
– Le Prophète Elie
– La Baleine
– La Tantine
– L’avion allemand de Bagaud
– Le Dornier 24 de Port-Cros
– Le Benzène
– Le Polyphème
– La Puissante
– Le Torrent
– Le Slava Rossi

De Bormes-les-Mimosas à Cavalaire
– Les tuiles de Christaou
– Le Général Paoli
– Le Spahis
– Le Wildcat
– Le Torpilleur 59
– Le Hellcat
– Le Ramon Meumbru
– Le Torpilleur 178 ou Le Las
– Trois amphibies
– Le Togo
– Le cimentier
– Le Diamant noir
– L’Espingole
– Le Trois Frères

Saint-tropez et la presqu’île
– Le Prophète
– Le Pionnier
– Le Trafik
– La vedette VTB 7
– La Poursuivante
– Le Côte d’Azur
– Le Rubis
– Le Tell
– Le Tlaloc
Le Stuka… renfloué
– La Tartane
– L’Aritay
– Le Relax
– L’Idéal
– Le Danaé
– Martine et Yvan
– Le voilier
– Le Cimentier des Sardinaux
– Le Z-drive

Conclusion
Quelques lectures

Préface

« Ma première rencontre avec Jean-Pierre, c’était à bord du Triton, magnifique unité de recherche du GISMER, le Groupe d’Intervention et d’Études Sous-Marines de la Marine Nationale. C’était il y a bien longtemps.
Le Triton repose maintenant par plusieurs milliers de mètres de fond, victime des missiles du Levant, comme de nombreux navires désaffectés de la Marine, qui auraient pu terminer paisiblement leur vie en magnifiques récifs artificiels le long de nos côtes.
Nous étions invités, Jean-Pierre et moi, à bord de ce très beau bâtiment, commandé par le Capitaine de Frégate, Max Guérout.
Le commandant, fier de nous faire visiter son navire, nous décrivait l’avancée technologique française en matière de recherches sous-marines. Il y avait à bord du sous-marin, ROV, tourelle de plongée et centre hyperbare avec ensemble de saturation, qui permettaient de maintenir et de développer un savoir-faire que nous enviaient toutes les Marines du monde.
Le Commandant nous fascinait par ses récits de plongée avec le Griffon, pour nous, simples palmipèdes. Nous communions tous deux dans ses explorations en profondeur avec un sous-marin, un rêve inaccessible…
Jean Pierre était invité comme expert Honoris causa en épaves non identifiées. Je dis Honoris causa, à l’inverse de Diplomae universiti : en effet, Jean-Pierre dit Jonjon pour quelques intimes, malgré son manque de diplôme universitaire, n’a jamais voulu appliquer le fameux principe d’Archimède sur les épaves de nos côtes, principe qui affirme dans les milieux autorisés : « Tout corps plongé dans un liquide est considéré comme perdu par manque de subvention ». De ce fait, doublant par son travail de bénévolat certaines personnes payées à l’année pour ces recherches, Jean-Pierre s’est fait de nombreux amis dans ces milieux autorisés qui ne supportent plus de le voir publier avant eux l’histoire de ces corps perdus…
Je m’égare… oui, nous étions avec Jean-Pierre invités de Max Guérout, lui pour ses connaissances des épaves de la côte varoise et moi pour mes humbles talents de photographe sous-marin. Max Guérout voulait avoir notre avis en vue d’éditer un document sur la découverte de l’épave du Torpilleur qu’il venait de trouver lors d’une mission de recherche avec le sous-marin Griffon.
Depuis cette rencontre historique dans ma vie de plongeur, nous sommes tous les trois restés profondément liés par notre passion et avons ensemble eu l’occasion de faire de nombreuses plongées, que ce soit avec Max Guérout dans le cadre du GRAN (Groupe de Recherche en Archéologie Navale) dans les magnifiques fouilles du Slava Rossii, de La Baleine ou de la Lomelina ; ou avec Jean-Pierre, au cours d’inspection de ses nombreuses découvertes.
C’est ainsi que nous entretenons une amitié fidèle depuis tant d’années…
Ce qui m’a toujours fasciné chez Jean-Pierre, c’est son souci du détail dans l’art de savoir faire parler un morceau de ferraille.
Exemple : écoutons-le avec sa voix très caractérisée de ténor sopranisant à qui on vient d’écraser par mégarde le gros orteil. « Tu vois cette plaque d’immatriculation de moteur, là, le premier numéro, c’est la référence de la pièce, le deuxième numéro c’est l’indication de l’usine de construction, puis il y a l’année, le mois, et enfin le numéro de série qui va nous permettre par les archives de retrouver l’immatriculation de l’avion, donc son histoire… ».
Cette passion dévorante engendre un travail de fou…
J’ai moi-même eu l’occasion de la pratiquer en réalisant quelques films sur l’histoire maritime, comme le Scapa Flow ou l’Alabama.
J’ai heureusement pu décrocher, sinon je serais encore en train de courir après les survivants du Royal Oak ou de l’U47…
Jean-Pierre, lui, y est jour et nuit et ne pense qu’à ça.
Heureusement pour lui, il a trouvé une épouse, Anne, qui est dévorée par la même passion (cela me rappelle un dicton provençal que ma grand-mère citait souvent : « Chaqué toupin trobé ça cabucelo » ; en français : « Chaque marmite trouve son couvercle »…). Pour eux, ça fonctionne, et ils ont même pris le temps de se reproduire… Et le résultat est magnifique… un amour de petite fille…
Donc il ne pense qu’à ça, et sa bagatelle à lui, c’est le monde des épaves ; plus elles sont inconnues et plus elles le fascinent et plus il cherche à en retrouver l’histoire…
Jean-Pierre fait partie des hommes qui donnent une dynamique et un crédit à la recherche historique et archéologique sous-marine en France, alors que nos scientifiques en poste s’engluent dans leur ego, bercés par le ronronnement de leurs 35 heures (pour certains, payés à l’année, c’est carrément 0 heure, car ils ne daignent même pas faire acte de présence à leur bureau), grâce à notre chère protection sociale… Suivant la devise chère à de nombreux fonctionnaires nantis par leurs diplômes : « Pourquoi travailler puisque de toute manière on est payé ».
Nos voisins, pendant ce temps, avancent en rigolant sur nos horaires de travail et ­maintenant nous surpassent en activité et compétence. Je le constate tous les jours par l’absence de Français, hormis les équipes en Égypte, dans les grandes missions scientifiques internationales couvertes par les médias planétaires comme Discovery ou National Géographic.
Mais où est donc l’équipe dynamique qui, dans les années soixante-dix, dirigeait les fouilles sur l’épave de Giens ?…
Heureusement, il nous reste les autodidactes, guidés par la vraie passion, et fidèles à la bonne parole de notre maître à tous, Philippe Tailliez : « L’enthousiasme est la première vertu ».
Bravo Anne et Jean-Pierre pour ce magnifique ouvrage.
Qu’il serve à rallumer la flamme chez nos jeunes afin qu’ils remplacent rapidement nos chers fonctionnaires en charge des épaves, assoupis dans leur suffisance léthargique. »
Christian PÉTRON

Prix

Délais de livraison

Editions GAP Nous nous efforçons de vous livrer le plus rapidement possible.

Expédition : le jour même pour toute commande passée avant 14h00
  • Du lundi au vendredi, l'expédition a lieu le jour même pour toute commande passée avant 14h00.
  • L'expédition a lieu le jour ouvré suivant pour toute commande passée le samedi, le dimanche, un jour férié ou après 14h00.
Livraison en France métropolitaine (lettre suivie ou colis GLS)
  • Le délai de livraison est de 3 à 5 jours à dater de l'expédition.
Livraison en Outremer
  • Le délai de livraison est de 15 à 21 jours à dater de l'expédition.
Livraison à l'étranger
  • Le délai de livraison est de 15 à 21 jours à dater de l'expédition.